Face à la loi de l’offre et de la demande, tous les produits du marché agricole ne sont pas égaux. La céréale d’épeautre a souvent fait les frais de ces fluctuations, et beaucoup d’agriculteurs se sont retrouvés avec un surplus de production sur les bras.

Afin de palier à ce type de situation, les acteurs du secteur se sont mobilisés et ont décidé d’un commun accord de travailler ensemble au développement et à l’organisation d’une filière de l’épeautre dans le cadre du projet de recherche « Wallep ». Les agriculteurs planifient de cultiver la céréale d’une manière plus régulière, et des nouveaux produits seront créés dans l’objectif d’écouler la production.

Travailler sur tous les maillons de la production

Cette filière, pour réussir, devra maintenir sa performance à chacun des stades de la fabrication. Les agriculteurs qui produisent l’épeautre devront adapter leur manière de cultiver pour répondre aux besoins des transformateurs, ce qui leur assurera un revenu adapté au travail fourni. Viendront ensuite les opérations de préparation de la céréale, qui vont transformer l’épeautre en farine blanche ou complète, un deuxième maillon de la chaine tout aussi primordial avant la réalisation des différents produits à base d’épeautre.

Des pâtes, du sirop, du pain, du whisky, … Mais encore ?

De multiples acteurs se sont impliqués dans ce projet pour mettre sur le marché des produits à base d’épeautre novateurs ou qui répondent à une certaine demande : un producteur de pâtes (Pasta della Mama) compte élargir sa gamme de base, une distillerie (Radermacher) souhaite créer un whisky ou un gin à base d’épeautre, un fournisseur de boulangeries (Puratos) veut pouvoir fournir de quoi fabriquer des pains d’épeautre à la demande, un autre producteur a pour ambition de développer sa gamme à base d’épeautre avec de nouveaux extraits sous forme de sirop, poudre et farine hydrolysée (Meurens Natural), un groupe leader en terme de fourniture de céréale (Walagri) va travailler à fournir des grains perlés et des flocons d’épeautre, et le dernier moulin de Wallonie (Les Moulins de Statte) comptent participer au projet en produisant de la farine d’épeautre. A l’avenir, de nouveaux acteurs pourront se joindre à la coopérative, pour répondre à d’autres besoins et créer d’autres produits.

Une succes story à exporter

L’originalité du projet Wallep tient au fait qu’il réponde à une demande de sociétés privées, et non pas d’une décision prise par les pouvoirs publics (même si ceux-ci soutiennent financièrement le projet), et que le projet permet de pallier aux besoins de tout un secteur : celui de la production et de la consommation de l’épeautre. Wallep deviendrai une vitrine d’une réussite au niveau belge, un exemple qui servirait d’inspiration !

Prendre contact avec notre coordinatrice

Françoise BODSON - Chef de Projet Durabilité

WAGRALIM asbl  •  Pôle de compétitivité - Agro-industrie • Wallonie / Belgique
Maison de l’Industrie Technologique,
Rue Auguste Piccard,20 - 6041 Gosselies (Belgium)
+32 (0) 71 919 286
idees.davenir@wagralim.be
TVA : BE 0885.635.635

Liens utiles

Une initiative de :

Coordonnée par :

Soutenue par :

 

    Mentions légales et vie privée

Pin It on Pinterest