Comment susciter l’intérêt des consommateurs pour des produits issus des filières laitières plus durables ?

 

Pour nourrir les réflexions des filières laitières qu’il accompagne dans le cadre de la Démarche D’Avenir, le pôle Wagralim a réalisé récemment un sondage consommateurs. Focus sur quelques résultats

Ce sondage déployé en Wallonie et en Flandre a notamment permis de mettre en  évidence différents éléments qui peuvent aider ces filières à réfléchir leur développement ; parmi ceux-ci : les critères d’achats affirmés par les consommateurs.

L’appétence et le prix reste la priorité

Si sans surprise, l’appétence du produit (goût, texture, odeur) suivi de peu du prix ( y compris l’impact des promotions) arrivent en tête du classement. Plus de 60% des consommateurs vont également prendre en compte, dans leur décision d’achat, la composition nutritionnelle du produit (aspect nutrition / santé).

Le consommateur ne se mobilise pas spontanément pour la durabilité

Les préoccupations liées traditionnellement à une meilleure prise en compte de la durabilité des produits et des filières dont ils sont issus, apparaissent quant à elle de façon très anecdotique dans la décision d’achat.

En effet, à peine 1 à 2% des personnes interrogées citent spontanément d’autres critères d’achats. Parmi celles-ci, seule une poignée accorderont de l’importance à des critères tels que l’origine locale ou belge du produit , le respect de l’environnement, le bien-être animal, la prise en considération de l’aspect rémunération des producteurs, les labels Bio et/ou Fairtrade, l’absence d’additif ou encore la durée de conservation.

Des points d’attention prioritaires

Néanmoins, si on examine l’intérêt des personnes interrogées par rapport à différents critères différenciant proposés, certains semblent prioritairement attirer l’attention des consommateurs.

Le respect du bien-être animal, de l’environnement, la question de la rémunération des agriculteurs , l’origine du produit ou encore la coopération entre les acteurs de la filière apparaissent comme les points clés à mettre en lumière dans son marketing et sa communication vers le consommateur. Il faut noter que l’intérêt pour ces thématiques est légèrement plus prononcé en Wallonie qu’en Flandre mais l’ordre de priorité reste sensiblement le même.

Un marketing durable qui doit rester « orienté consommateur »

 

En conclusion, une filière s’évertuant à améliorer sa durabilité sur différents points ne pourra faire l’impasse de proposer des produits goûteux, attrayant, compétitifs (bon rapport qualité/prix) et en accord avec les préoccupations nutritionnelles des catégories de consommateurs qu’elle vise.

Si améliorer sa durabilité sur différentes dimensions répond à une nécessaire et remarquable prise en compte des enjeux de notre système agroalimentaire, il n’en est pas moins important de sonder l’intérêt des catégories de consommateurs auxquelles on s’adresse sur les thématiques qui les préoccupent. Sans quoi, on risque de déployer des arguments commerciaux inadéquats pour déclencher l’acte d’achat nécessaire à la viabilité ( et donc également à la durabilité) de la filière.

Pin It on Pinterest